Chmpts Reg cross - Louvres

Le silence s'est imposé dans le champ qui nous sert d'arène aujourd'hui. 8750m au programme, pieds sur la ligne, le starter aux commandes. 350 coureurs au départ mais seulement 50 places à l'arrivée, bienvenue aux championnats régionaux LIFA Ouest de cross 2017. La pression n'est plus la même je reconnais plein de monde, que du beau monde, des mecs qui courrent vite, très vite, trop vite même pour certains. Sauf que sur une course, une seule, on peut faire des erreurs, rater des marches et cette course c'est maintenant avec seulement 50 places qualificatives à la clé.

Comme prévu ça part vite. Très très vite même et je suis obligé de m'employer à fond dès les premiers hectomètres pour ne pas me retrouver coincé lorsque, déjà, la première difficulté arrive. Il y a plein de monde devant moi je suis au beau milieu du peloton et il faut (déjà) gérer le rythme, les appuis et le jeu de coudes nécessaire dans cette course où personne ne lachera rien. Putain mais c'est pire que la ruée vers l'or ici, tout le monde fonce dans le même sens on joue notre peau ou quoi ? Antoine Rondot est juste devant moi, un bon repère, Benoit Gandelot également...bref je suis à ma place, et pourtant si loin de la tête de course. C'est vraiment une belle bagarre pour s'extirper de ce champ de patate, les relances, les rubalises qui se croisent. Purée ça n'est que le premier tour ! Il y en aura 4 en tout dont 3 grandes boucles.

Le peloton s'est étiré à l'abord du deuxième tour. Le sol est gelé et je regrette parfois les pointes de 12mm mais tant pis. Il y a beaucoup de monde qui encourage, beaucoup de noms qui fusent. Et bien que j'aie quitté le circuit il y a un moment j'entends quand même le mien, c'est con mais ça fait du bien :) Tire sur tes bras ! Maintenant que le gros de l'écrémage est fait je m'attends à retrouver un rythme légèrement plus convenable. Faut que j'encaisse ce foutu départ bordel ! Hélas il n'en est rien, le moindre relâchement est accompagné d'un poursuivant prenant un peu les devants. On m'annonce 57ème. J'encaisse. Avec les qualifiés par équipe je sais que ça va le faire pour être dans les 50 premiers individuels mais quand même. 57ème ça veut dire qu'il y en a 56 qui sont devant. 56 !!! Pourtant je ne peux pas aller plus vite bon sang ! Fin du deuxième tour, dans le bois les appuis sont difficiles et je reste très vigilant pour ne pas flinguer une cheville et ma saison avec.

J'attaque le 3ème tour en me disant que je n'ai même pas fait la moitié...ça respire l'optimisme tout ça. De nouveau cette foutue côte, ça grimpe doucement mais longtemps. J'arrive toujours cramé en haut. 55ème au même point de passage. 2 places de gagnées, un tour et demi à faire. Putain ce que c'est dur. Je n'ai même pas le courage de regarder ma montre, l'effort de tourner le poignet me semble insurmontable. Et voila: un mec qui te passe devant...accroche toi ! Marc Lozano n'est pas loin devant, il doit être dans un mauvais jour ou alors c'est moi qui vais exploser car je suis décidément parti trop vite.

Dernier tour. "Il faut y aller" qu'ils disent, "Réfléchis pas". J'aimerais bien les y voir, il y a longtemps que je ne réflechis plus. J'essaye simplement de rester debout. Il commence à y avoir des morts devant. Va les chercher ! Je gratte deux places, en perds une, en reprends une autre...je ne sais plus compter. Je n'essaye d'ailleurs même plus. Il doit rester un kilomètre maintenant, le classement ne bouge plus trop. Go bordel ! Une borne merde ! Sauf que je suis cuit. Je rattrape un coureur de Rambouillet. Dépasse le ! Deux options: je me mets à sa hauteur et on attend ensemble l'arrivée pour régler ça à l'amiable ou je passe dans un rythme outrageusement plus élevé en espérant qu'il ne suive pas. Option 2 Je passe. Pourvu qu'il ne s'accroche pas ! Pourvu qu'il ne s'accroche pas ! Il s'accroche. Bordel ! Je suis cuit, je ne le montre pas mais je suis mort ce type va me faire exploser. Plus vite, plus vite, 500m ! Les spectateurs crient, nous sommes au coude à coude. L'arrivée est là toute proche. Je suis au max là ! Ce fichu mec me prend un mètre, puis deux, trois...l'arrivée approche Accroche toi !!! Je grimace. C'est ça le cross, c'est une joute de gladiateurs, ce sont ces 200m qui deviennent interminables, c'est ma vue qui s'embrouille, c'est ce type qui s'éloigne, ce sont mes jambes qui accélèrent, ce sont mes poumons qui s'enflamment, c'est mon coeur qui explose, ce sont mes yeux vers le ciel, ma main sur le chrono, mon pied sur la ligne et mon corps qui s'écroule.

C'est vraiment un dépassement, une explosion, intense. Pas une fatigue physique forgée dans la durée de l'effort mais une atomisation claire et nette du corps. Tout explose et à la fin c'est aussi une 52ème place qui ressemble presque à un podium tellement je me suis battu pour l'avoir. C'est ça le cross ! Et dire que dans 15j il faudra recommencer. Oh yeah :)

...

Le 22 Jan 2017 Jeremy a dit:

On s'est vu avant le départ mais pas ensuite :-) c'était dur aujourd'hui bravo

Le 23 Jan 2017 Seb a dit:

52 c'est pas mal mais ça va ptet être dur pour les LIFAs je suivrai ça

Le 23 Jan 2017 Philippe F. a dit:

Bonjour on s'étais croisé au SDP et je pensais bien t'avoir reconnu. Brao pour ta course tu es bien remonté mais je t'ai trouvé fatigué à la fin. C'était pourtant que 9kms ha ha ha

Nouveaux commentaires en attente de validation...Merci de patienter

Ajouter un commentaire

Votre nom: